Les idées reçues sur l’intérim

L’emploi intérimaire a connu une croissance de 12 % en septembre 2017 par rapport à septembre 2016, après avoir pris 8,3 % en été. Et pourtant, l’intérim est victime de nombreuses idées reçues qui en freinent encore beaucoup. On vous aide à démêler le vrai du faux.

L’intérim, c’est uniquement pour les emplois peu qualifiés

Faux.

D’après le Baromètre Prism’emploi de cet automne, toutes les qualifications sont touchées par l’emploi intérimaire à valeur égale.

Les missions peuvent concerner l’intérim médical avec les sages-femmes, les infirmiers et même les anesthésistes ! Même chose pour le tertiaire où les offres d’emploi en intérim peuvent concerner aussi bien des secrétaires que du personnel de direction ou encore des informaticiens.

L’intérim, c’est surtout dans le secteur du bâtiment

Faux.

Cet été, le BTP est le seul secteur à ne pas avoir connu de hausse de l’emploi intérimaire et il n’a augmenté que de 4 % en septembre.

A contrario, l’emploi en intérim dans le secteur des transports a augmenté de 20 % en septembre, 12,6 % dans l’industrie, 11,3 % dans le commerce et 10,2 % dans les services.

L’intérim, c’est précaire

Vrai et faux.

Il est certain qu’il n’y a pas de stabilité financière pour les intérimaires comme pour d’autres contrats.

Cependant, une prime de fin de contrat, aussi appelée prime de précarité, vient compenser cette instabilité. Elle représente au moins 10 % de la rémunération totale brute due au salarié.

L’intérim, c’est en attendant mieux

Vrai et faux.

Il est vrai que pour certaines personnes et particulièrement en temps de crise, l’intérim est un tremplin vers un emploi futur. En attendant, on enchaîne les missions pour rester au fait de son domaine d’activité et être opérationnel à la première opportunité qui se présentera.

Mais il existe des contrats d’intérim spécifiques à certaines situations, comme l’intérim étudiant ou l’intérim senior, qui permet aux plus de 45 ans de retrouver le chemin de l’emploi ou de terminer leur carrière en douceur.

Enfin, le management de transition est une forme d’intérim où des dirigeants ou des personnes ayant occupé des postes à haute responsabilité interviennent dans des entreprises pour des missions de conseil et de stratégie.